AccueilA la Une3 questions à Marine Chagnon, nommée aux Victoires

3 questions à Marine Chagnon, nommée aux Victoires

RÉVÉLATION – Pour faire connaissance avec elles, voici trois réponses à nos trois questions posées aux trois voix nommées dans la Catégorie Révélation Artiste Lyrique aux Victoires de la Musique Classique qui se tiennent ce 1er mars 2023 :

Marine Chagnon, à part le chant, jouez-vous d’un autre instrument ?

Je joue du théâtre [rires] et j’ai beaucoup dansé. Je n’ai pas fait d’instrument, hormis deux ans de piano comme tout le monde au CNSM [Conservatoire National Supérieur de Musique] pour s’accompagner un minimum et jouer des accords.

En résonances avec ces trois questions : les trois morceaux interprétés par Marine Chagnon dans ce concert enregistré en amont des Victoires, en janvier au Théâtre de l’Alliance Française à Paris
À Lire également : 3 questions à Edwin Fardini

En-dehors de la musique, quels arts vous inspirent dans votre métier ?

Le cinéma, et les séries. Comme nous essayons de transposer des vies autres que la nôtre, dans un autre imaginaire, dans un autre quotidien c’est très intéressant d’essayer de se connecter à un autre personnage qui nous a touché, de transposer son imaginaire, de connecter des histoires, des passés.

J’ai 1001 sources d’inspiration mais les univers et imaginaires visuels également m’inspirent beaucoup : les couleurs, la peinture (j’ai une tante peintre et je me suis très tôt demandée comment je connecte les couleurs au mouvement, à la danse, au théâtre aussi : je veux creuser ce lien encore davantage). Les palettes de couleurs m’inspirent des palettes d’émotion (je pense rouge ou orangé pour tel air), et les couleurs sont même importantes pour moi dans l’organisation de mon agenda (ce qui faisait beaucoup sourire Edwin Fardini au CNSM [lui qui est également nommé dans la même catégorie aux Victoires cette année]).

Ses couleurs, Marine Chagnon est même allée les chercher jusqu’en Suède avec Joséphine Ambroselli, pour les collecter dans notre playlist des copines

Et j’adore aussi le théâtre de boulevard. Je viens de participer à une master-classe avec Pascal Neyron, pour qu’au final on voit combien « répertoire léger » ne veut rien dire : on rit de situations dramatiques, de situations cruelles pour le personnage (c’est ce décalage qui provoque le rire). Voyager dans ce répertoire est aussi très nourrissant.

À Lire également : 3 questions à Alexandra Marcellier

Lorsque vous préparez des rôles est-ce que vous utilisez toujours ces inspirations et techniques ?

Complètement. C’est un outil de travail que j’ai découvert au CNSM avec Emmanuelle Cordoliani. Nous avions même fait un exercice : il fallait choisir une action d’un personnage et essayer de la vivre, concrètement. J’avais choisi de me faire tirer les cartes pour Carmen, pour de vrai (en espérant qu’on ne me prédise pas la mort). Quelqu’un travaillant sur Manon était allé à Saint-Sulpice. Nous avons les mêmes outils que les acteurs. Ensuite c’est Marine qui a vécu la chose, pas Marine qui essaye d’imiter ce que Carmen aurait vécu. Je n’ai donc même plus à jouer, car le souvenir est organiquement ancré en moi.

Retrouvez également nos interviews en grand format sur Ôlyrix : celle de Marine Chagnon, celle d’Edwin Fardini et celle d’Alexandra Marcellier

image de couverture © Bixente Simonet

- Espace publicitaire -
Sur le même thème

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Espace publicitaire -

Vidêos Classykêo

Articles sponsorisés

Nos coups de cœurs

- Espace publicitaire -

Derniers articles

Newsletter

Twitter

[custom-twitter-feeds]