AccueilA la UneOpéra de Paris : les petits rats font leur gala

Opéra de Paris : les petits rats font leur gala

DANSE – L’École de Danse de l’Opéra de Paris présente en ce moment son spectacle annuel: Concerto en ré, une chorégraphie de Claude Bessy sur la musique de Bach; Ma Mère l’Oye, une chorégraphie de Martin Chaix sur la musique de Ravel; le dernier acte de Raymonda, une chorégraphie de Noureev sur une musique de Glazounov. Ce ballet en trois parties, exécuté par de très jeunes danseurs, offre un tourbillon de vivacité en même temps qu’un manifeste de savoir-faire.

Tradition

Concerto en ré rend hommage à la grande tradition du ballet classique. Chorégraphié par une danseuse étoile dont on fête cette année le quatre-vingt-dixième anniversaire, la pièce est spécialement conçue pour permettre à tous les danseurs de l’École de participer. Même les plus jeunes divisions – moins de dix ans – ont leur place sur scène. Ce sont même eux qui ouvrent la chorégraphie, avec des mouvements d’une simplicité et d’une élégance que seule la musique de Bach pouvait inspirer. Viennent ensuite les plus âgés, en quadrilles ou en pas de deux. La pose finale rassemble sur scène plus d’une centaine d’enfants et d’adolescents: un travail de coordination qui ne ferait certainement pas rougir le Cantor de Leipzig.

Concerto en ré, par les danseurs de l’École de l’Opéra de Paris ©Svetlana Loboff
Création

La deuxième partie, Ma Mère l’Oye, est une chorégraphie contemporaine, d’un ancien danseur de l’École, sur les sonorités mystérieuses de l’orchestre ravélien. Le décor, tout en ombres et lumières, les costumes immaculés et burlesques, contribuent à suggérer un univers fantastique. Dans cette danse aux allures plus libres, presque improvisées, un esprit fantasque semble souffler sur les Petits Rats, qui restent des adolescents: des personnages de Perrault aux lutins et aux oiseaux, en passant par un grand nombre de créatures non identifiées, toute la faune y passe. Les mimiques qui s’ensuivent manifestent une bonne humeur collective, montrant le travail de l’École sous un autre jour.

Ma mère l’oie ©Svetlana Loboff
Transmission

Le dernier volet du spectacle offre un avant-goût des grands ballets que les danseurs de l’École monteront intégralement dans les années à venir. Le dernier acte de Raymonda en présente déjà tous les éléments. Des corps de ballet d’une symétrie parfaite reconstituent un folklore magyar plus vrai que nature, avec force bottes rouges et gilets brodés. De jeunes solistes émergent: le couple Raymonda-Jean de Brienne éblouit la salle par la grâce de ses pas de deux; quant à Abderam, le sultan éconduit, il bondit avec une sensualité sauvage qui déclenche des tonnerres d’applaudissements. Tous trois ont été formés individuellement par des danseurs Étoiles en activité. “Il est absolument vital de transmettre d’un extrême à l’autre”, des Étoiles vers les jeunes élèves”, affirme Elisabeth Platel, directrice de l’École de Danse. Un pas de deux entre générations, qui, manifestement, se danse bien.

Raymonda ©Svetlana Loboff
- Espace publicitaire -
Sur le même thème

2 Commentaires

    • Bonjour,

      Nous vous inscrivons à la liste. Vous recevrez votre 1ère newsletter dimanche 30, à l’heure des croissants !

      Bien cordialement, la Rédaction

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Espace publicitaire -

Vidêos Classykêo

Articles sponsorisés

Nos coups de cœurs

- Espace publicitaire -

Derniers articles

Newsletter

Twitter

[custom-twitter-feeds]