AccueilSpectaclesComptes-rendus de spectacles - InstrumentalEnnio Morricone et Nino Rota en gondole en Avignon

Ennio Morricone et Nino Rota en gondole en Avignon

CONCERT – L’Orchestre National Avignon-Provence clôt la semaine italienne d’Avignon – Bella Italia 2023 avec un concert de musiques de films italiens, à l’Opéra Grand Avignon, dirigé par le chef Victor Jacob.

À peine commencé, le concert nous plonge dans l’histoire d’un agent des services secrets français trahi par ses chefs. « Mais Le Professionnel est un film français ! », nous diriez-vous. Certo ! Mais la musique du film fut composée par Ennio Morricone, dont le thème Chi mai fut un succès… La réaction du public qui reconnaît rapidement la musique en est la preuve.

Mamma mia!

Le chef Victor Jacob est la star della serata (de l’après-midi plutôt), comme la Mona Lisa dans le Louvre. Il se montre très investi dans sa direction et se laisse emporter par la musique. Il installe rapidement une ambiance joyeuse dans la salle avec la suite de Nino Rota pour le film I clowns (Fellini) et ses gestes amples, clairs et précis. On dirait presque qu’il danse une tarentelle devant l’orchestre, avec un grand sourire et un visage très expressif. Che bello ! Ça nous rappelle même le film Matilda, lorsqu’elle découvre ses pouvoirs magiques : il bouge au rythme de la musique et indique les départs aux instrumentistes avec des gestes fermes et une expression quelque peu espiègle. « À toi ! À toi maintenant ! ».

La pianiste Hélène Andreozzi suit et se joint à ce jeu circassien en jonglant avec le piano, l’harmonium et le clavier. Elle passe d’un instrument à l’autre avec une grande facilité et souplesse, tout en restant très attentive au chef et en imprimant son énergie dans son jeu. De retour chez Ennio Morricone ! Le hautboïste chilien Mauricio Arriagada Ríos interprète le thème principal du film britannique Mission, Le Hautbois de Gabriel, qu’il joue avec une belle sensibilité qui repose sur une longue respiration bien maîtrisée et bien placée.

À lire également : Le cinéma Fellini sur CD
Des lasagnes de musiques

L’Orchestre, dans son ensemble, produit un son très homogène et harmonieux, se comportant comme un seul instrument par moments, avec un jeu riche en nuances et en changements d’intensité très clairs dans les différents « mouvements » de chaque morceau. En plus de ce jeu d’ensemble vertueux, chaque instrument a son heure de gloire dans ce spectacle avec de longs solos ou quelques petites phrases qui mettent les différents instruments en valeur. L’Orchestre suit la direction passionnée du chef et présente ainsi des couleurs et des atmosphères différentes dans Amarcord, Prova d’orchestra, Otto e mezzo, parmi d’autres musiques de films que le public reconnaît facilement. Une belle pizza napolitaine pleine de couleurs, saveurs et textures !

Mais l’Orchestre laisse le meilleur pour la fin, pour les bis que le chef a quelque peu suggérés lors d’une de ses interventions. Après de longs applaudissements et des remerciements de la part du chef et des musiciens, l’Orchestre propose le thème final de Cinema Paradiso en bis avec quelques touches magiques ajoutées par l’harmonium, et une direction pleine d’émotivité, faisant verser plus d’une larme dans le public. Le Parrain ne pouvait pas manquer à l’appel et est donc présenté en deuxième bis dans une interprétation très solennelle qui rappelle cette ambiance un peu sombre de la mafia américaine. Macché! Le public est enthousiaste et en demande encore et encore. L’Orchestre propose donc un dernier bis de Nino Rota, comme une fraise sur une belle pana cotta, avec la Rumba de La Strada.

- Espace publicitaire -
Sur le même thème

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Espace publicitaire -

Vidêos Classykêo

Articles sponsorisés

Nos coups de cœurs

- Espace publicitaire -

Derniers articles

Newsletter

Twitter

[custom-twitter-feeds]