AccueilA la UneStravinsky, Salonen, Sibelius : une confrontation instrumentale ?

Stravinsky, Salonen, Sibelius : une confrontation instrumentale ?

COMPTE-RENDU – Le 25 janvier 2023, se donnait à la Philharmonie de Paris un concert en trois parties : Symphonies d’instruments à vent de Stravinski, Sinfonia concertante pour orgue et orchestre d’Esa-Pekka Salonen et Symphonie n°2 de Sibelius. Sous la direction d’Esa-Pekka Salonen, l’Orchestre de Paris semblait poser une question : peut-on faire se confronter des instruments de musique ?

Affrontements sauvages et unissons

Symphonies d’instruments à vent, pour orchestre d’harmonie, fut composé en 1920 par Igor Stravinski, en hommage à son ami Claude Debussy. La précision sans faille des instrumentistes – seuls les vents sont présents sur scène – et l’acoustique de la grande salle Pierre Boulez nous ont permis d’apprécier la force de cette composition singulièrement moderne. Avouons-le, cette œuvre nous avait toujours résisté. En dehors de certaines notes obsédantes, la pièce se perd à dessein dans l’exploration des timbres et les quiproquos. En faisant jouer ensemble (sym-phonie), Stravinsky travaille sur les dissonances et l’absence d’homogénéité : une litanie comme affrontement primordial pour l’équilibre sonore et musical, dans une forme épurée.

À lire également : Oiseau de feu prêt à décoller
Olivier Latry à la console de l’Orgue Rieger de la Philharmonie de Paris ©Denis Allard
Se dissoudre dans l’orchestre, ou l’écraser de sa puissance ?

La Sinfonia concertante pour orgue et orchestre, selon Esa-Pekka Salonen lui-même, demande de trouver un équilibre entre l’orchestre et son soliste – Olivier Latry, qui siégeait ici sur la console mobile permettant de conduire le somptueux orgue Rieger de la Philharmonie. Dans « Pavanes et bourdons », ce furent d’incroyables enchevêtrements, une émulation farouche, surpassant le dialogue concertant. Au cours du deuxième mouvement, « Variations et chant funèbre », l’orgue imposa ses chromatismes les plus fous. Enfin, que cela reste entre nous : nous avons sursauté au début de « Montage fantôme », qui faisait écho au cinéma d’épouvante, et semblait citer le dies irae de la Symphonie Fantastique de Berlioz. Le public, déjà conquis, obtint un rappel avec la « Toccata » de la Suite Gothique de Léon Boëllmann, fulgurante et ténébreuse.

Un retour vers des horizons familiers

Difficile de rester insensible, ensuite, à la Symphonie n°2 de Jean Sibelius et à ses puissantes vagues lyriques. La pièce révélait une autre façon de croiser les instruments ; à la férocité de la lutte des pupitres, elle préférait l’alternance entre tutti et soli. Surgissaient ainsi, au détour de longues phrases solaires ou inquiétantes, un hautbois ou un basson – éclaircies qui disparaissaient ensuite. L’emphase des dernières minutes déboucha sur un tonnerre d’applaudissements : la bataille des timbres et des couleurs avait séduit l’assistance, et nous avec.

- Espace publicitaire -
Sur le même thème

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Espace publicitaire -

Vidêos Classykêo

Articles sponsorisés

Nos coups de cœurs

- Espace publicitaire -

Derniers articles

Newsletter

Twitter

[custom-twitter-feeds]