AccueilA la UneEvgeny Kissin à Flagey : les montagnes russes

Evgeny Kissin à Flagey : les montagnes russes

CONCERT – Dans le cadre du “Rachmaninov 150” célébrant le 150e anniversaire du célèbre compositeur, Flagey a pu entendre performer nombre de pianistes virtuoses, dont Lukáš Vondráček, Daniil Trifonov ou Sergei Babayan. Et le 20 juin, Evgeny Kissin.

Au programme :

Partitions baroques, classiques et romantiques portées par la Fantaisie chromatique et fugue en ré mineur (J-S. Bach), la Sonate pour piano n° 9 en ré majeur (W.A. Mozart), la Polonaise en fa dièse mineur (F. Chopin), avant une demie-heure de Préludes et six Études-Tableaux de Rachmaninov, donc mis à l’honneur. 

Récital oblige, c’est sans partition que performe Evgeny Kissin pendant plus de deux heures de concert. Les partitions fantômes se lisent pourtant sur son visage, et nous sont transmises par son expressivité touchante, le mouvement de ses mains, dans chacune de ses inspirations, à travers tout son corps et via les réactions du public lui-même. 

Une montée excitante

Après avoir apaisé le fourmillement du Studio  4 de Flagey en gratifiant la salle impatiente d’un sourire réservé, Kissin provoque une autre forme d’effervescence avec la grande liberté qui caractérise la Fantaisie chromatique de Bach. 

Pas de partition, en effet, mais les mains s’animent, sautent et virevoltent sur un tempo rapide. Le pianiste se balance en arrière avant de se rapprocher du clavier du Steinway & Sons pour lui murmurer des sons que lui seul pourra entendre. Seule la rigueur de la fugue le ramène à une concentration apparente, peu de temps avant que ses, à nouveau légers, s’envolent avec énergie au rythme de la Sonate pour piano n° 9 en ré majeur de Mozart.

La gravité des hauteurs 

Dès le second mouvement de la Sonate Mozartienne, les mains se meuvent au ralenti. Un air de gravité s’installe. Une ambiance mystérieuse et dramatique accentuée dès les premières mesures de la Polonaise en fa dièse mineur de Chopin. 

À lire également : Nikolaï Lugansky, funambule au fil d'acier

« Pour moi, cette Polonaise évoque clairement la tragédie du peuple polonais, victime de l’impérialisme russe à l’époque de Chopin. Je pense que les parallèles avec la situation actuelle sont très évidents », explique Kissin. 

Les gestes se font pesants, les poignets se réhaussent et les phalanges semblent soudainement lestées. Un téléphone sonne, les spectateurs, dans un agacement synchronisé, portent leurs mains au visage. La lourde puissance du jeu de Kissin et les extrémités qui se tordent amorcent la tension des pièces à venir.

Dans la catégorie « ça nous rajeunit pas » : Evgeny Kissin en 1987. À 15 ans…
Ups and downs 

C’est dans la seconde partie du concert, dédiée à Sergei Rachmaninov, que Evgeny Kissin atteint l’apogée de son expressivité. Véritables montagnes russes émotionnelles, les morceaux interprétés font évoluer la salle entre doux flottement et intensité profonde. 

Mouvements élancés, soupirs audibles, grognements, chant de grognements spontanés, secousses qui accompagnent les accords massifs des préludes… Cette fois, c’est le corps de Kissin dans son ensemble qui s’emporte. Puis, les mains glissent avec douceur, les pauses sont planantes, les doigts des spectateurs et spectatrices anticipent silencieusement la partition.

“Orgasmique et déchirante” : C’est ainsi qu’une personne du public qualifie l’interprétation, lente et puissante, du fameux Prélude en do dièse mineur avec laquelle Kissin achève la soirée et qui lui vaudra une énième standing ovation.

- Espace publicitaire -
Sur le même thème

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Espace publicitaire -

Vidêos Classykêo

Articles sponsorisés

Nos coups de cœurs

- Espace publicitaire -

Derniers articles

Newsletter

Twitter

[custom-twitter-feeds]