AccueilA la UneTango turc et Disco Classique au festival d'Istanbul

Tango turc et Disco Classique au festival d’Istanbul

FESTIVAL – Le Festival de Musique d’Istanbul, événement emblématique de la scène musicale turque, célèbre chaque année la richesse et la diversité de la culture musicale de la Turquie et d’ailleurs. Il incarne l’esprit vibrant et cosmopolite de la ville, où les traditions musicales se mêlent harmonieusement aux influences contemporaines. Un véritable melting-pot où les artistes talentueux du monde entier se rassemblent pour offrir des performances uniques et captivantes.

Au cœur de ce 51ème festival, la culture turque est célébrée avec fierté. Des sonorités et des instruments traditionnels sont intégrés aux compositions contemporaines, créant ainsi une fusion harmonieuse entre le passé et le présent. Les artistes turcs, qu’ils soient émergents ou déjà renommés, occupent une place prépondérante dans la programmation du festival, permettant aux spectateurs de découvrir la richesse musicale du pays.

Souvenirs du futur
Le ney, flûte

La musique étant profondément ancrée dans la culture turque, le Festival de Musique d’Istanbul demeure un véritable hommage à cette tradition. Les sonorités envoûtantes des instruments traditionnels tels que le kemençe, la flûte ney ou encore l’accordéon çeng résonnent dans les salles de concert, transportant le public dans un voyage musical authentique. Les compositeurs contemporains s’inspirent des racines musicales turques pour créer des œuvres innovantes, fusionnant les genres et les styles pour offrir une expérience unique.

Le festival est également un lieu de rencontres et d’échanges, où les spectateurs venus des quatre coins du monde peuvent découvrir la culture turque à travers sa musique. C’est l’occasion de plonger dans l’atmosphère enivrante d’Istanbul, avec ses saveurs culinaires, son architecture unique et son hospitalité chaleureuse.

©Pablo Lemonnier
Le tango du Bosphore

Parmi la pléthore d’événements pour cette 51ème édition, le concert « Tango de la République » du Festival de Musique d’Istanbul a offert une expérience inattendue avec un mélange surprenant entre le tango turc et la musique symphonique. Celui-ci a montré l’évidence que le tango n’est pas seulement célebré en Argentine.

Le langage musical turc s’est entrelacé avec les rythmes argentins, créant une fusion parfois kitsch, mais irrésistiblement captivante. Les quarts de ton, caractéristiques de la musique turque, se sont mariés parfaitement aux sonorités du tango. Quelques pas de danse ont agrémenté le spectacle, ajoutant une dimension visuelle à cette expérience unique. La tonalité mineure authentique s’est parfaitement accordée avec les thèmes du doute amoureux, qui est devenu un thème extrêmement populaire dans les années 40.

À lire également : Astor Piazzolla, cent ans de solitude

En guise de rappel, l’orchestre a joué « Sensiz saadet neymis – what is happiness without you« , une pièce qui transporte les auditeurs dans un monde de mots anciens utilisés dans cette musique iconique, clin d’œil nostalgique à une époque révolue. Un élément remarquable de ce concert était la présence d’un accordéon datant de 1932, ajoutant une touche d’authenticité et de rétro à l’ensemble. Cet instrument a apporté une dimension supplémentaire à la fusion des styles musicaux, ajoutant des nuances subtiles au son de l’orchestre.

Dans un tout autre registre, le concert du vendredi 16 juin a été une expérience détonante mêlant violoncelle, musique symphonique et…disco ! Le violoncelliste Jamal Aliyev s’est donné à fond, offrant une performance enflammée qui a fait vibrer le public. Les classiques du disco ont été revisités avec une orchestration symphonique, créant une ambiance festive et dansante. C’était un mélange audacieux entre les genres, mêlant l’élégance du violoncelle à l’énergie entraînante du disco, pour un résultat à la fois surprenant et divertissant. Pour conclure tout cela, la directrice du festival Efruz Cakirkaya s’est essayée au mixage pour un set électro chill tech-house qui a fait danser toute l’assemblée.

Efruz Cakirkaya aux platines ! ©Pablo Lemonnier

Dans ces soirées éclectiques et pleines de surprises le tango turc à fusionné à la musique symphonique, créant une ambiance kitsch et envoûtante. Le mélange des sonorités et des rythmes a captivé le public, démontrant que la musique transcende les frontières culturelles. Le concert classique disco avec le violoncelle ayant apporté une touche de folie et de danse au festival, tout ce beau monde a prouvé une fois de plus que le Festival de Musique d’Istanbul est une célébration de la diversité musicale, où les genres se rencontrent et se réinventent, pour le plus grand plaisir des auditeurs.

- Espace publicitaire -
Sur le même thème

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Espace publicitaire -

Vidêos Classykêo

Articles sponsorisés

Nos coups de cœurs

- Espace publicitaire -

Derniers articles

Newsletter

Twitter

[custom-twitter-feeds]