AccueilSpectaclesSpectacles - Comédie MusicaleLe Rocky Horror Show débarque au Lido

Le Rocky Horror Show débarque au Lido

COMPTE-RENDU – Depuis la création de la comédie-musicale en 1973 (The Rocky Horror Show) et le film de 1975 (The Rocky Horror Picture Show), les fans sont toujours au rendez-vous de ce spectacle électrisant où le public se déguise, chante et danse au rythme de chansons devenues cultes :

Dévergondage d’un petit couple par un gentil travesti

L’histoire est celle de Brad et Janet, un petit couple bien sous tout rapport, qui décide de rendre visite à l’un de leurs anciens professeurs de sciences avant de se marier à l’église. Mais manque de bol, un pneu de leur voiture crève à quelques mètres d’un manoir étrange où ils vont demander d’utiliser le téléphone. Un domestique bossu (Riff Raff) un peu flippant leur ouvre la porte, d’étranges créatures de la nuit arrivent avant de leur présenter le maître du lieu, un curieux docteur Frank-N-Furter, un gentil travesti bisexuel venu de la planète Transexual dans la galaxie Transylvania, qui tente au même moment de créer un homme blond bodybuildé mais sans cervelle nommé Rocky. Il va initier le jeune couple à une sexualité débridée avant de leur révéler être… un extra-terrestre.

À Lire aussi : A funny thing happened on the way to the Lido

Complètement barré, ne rentrant dans aucune case, le succès de cette création n’a pourtant jamais faibli depuis les Seventies, et il est même devenu Ze musical culte rock’n’roll trash & queer. Cette histoire a surgi de l’imagination de Richard O’Brien, qui a décidé de monter un anti-spectacle après avoir été viré de Jesus Christ Superstar. Et tant qu’à faire, Richard O’Brien signe paroles et musique ! Le succès est donc dû à son scénario de nanar d’épouvante et de science-fiction, à son originalité et à son audace, avec une bande son et des chansons mémorables comme « Time Warp » mais aussi à son interactivité avec le public. 

Une interaction toujours d’actualité

Dès l’entrée au Lido, on plonge dans l’ambiance du Rocky Horror Show avec ses fans dévoués venus en chapeaux et costumes pailletés et colorés, bas résille, talons hauts sur une musique de fond entraînante de la chanson « Time Warp ». Ces mêmes fans participeront activement au show en criant des répliques ou en dansant (ce qui peut être déstabilisant au début pour un spectateur lambda). 

© Rocky Horror

Le succès en France, est surtout dû à un petit cinéma du quartier latin : le Studio Galande qui diffuse le film toutes les semaines depuis 1978 sans interruption avec une troupe de comédiens bénévoles qui continuent d’animer chaque séance. Et dans le reste du monde, c’est le même phénomène (au point que ce film détient le record de la plus longue exploitation de l’histoire du 7ème art).

Nouvelle folie pour cette production anniversaire

Le metteur en scène britannique, Christopher Luscombe signe au Lido cette nouvelle production anniversaire où il a réussi à mêler glamour kitsch et fantaisie macabre sans perdre l’essence du film originel avec une mise en scène qui en jette : décors aux couleurs criardes avec des têtes d’animaux empaillés comme un dodo, lit vertical rose bonbon à la Barbie, pistolet laser… L’orchestre est caché en hauteur derrière une bobine de film : il assure sans aucune fausse note et balance le son un chouilla fort tel un concert de rock.

Un casting très show

Les acteurs-chanteurs excellent, n’hésitant pas à pousser leur performance vocale avec un brin d’hystérie et de jeu clownesque. Mention spéciale pour le fabuleux Stephen Webb qui électrise la scène dans le rôle culte du charismatique Docteur Franck-N-Furter : créature sensuelle et magnétique. Autour de lui, le casting est un sans-faute et nous plonge dans une certaine folie communicative : entre Ben Westhead, en Rocky qui joue impeccablement un Apollon musclé naïf qu’on aimerait tous avoir dans son lit, Darcy Finden hilarante en groupie Columbia avec sa voix de crécelle, Kristian Lavercombe en inquiétant Riff Raff, Suzie McAdam en sensuelle Magenta et surtout le couple star style Barbie & Ken pas si candide que ça (Richard Meek en Brad et Haley Flaherty en Janet, poupée blonde adorable, sosie de Sandy dans Grease).

Bref le Rocky Horror Show a une recette qui fonctionne toujours aussi bien, traversant les décennies. Comme quoi le délire kitsch de la culture queer parodiant les films d’épouvante et de science-fiction a encore de longs jours devant lui, grâce à ses fans… et désormais à leurs enfants qui les accompagnent. On passe une excellente soirée au Lido, remontant le moral en ces jours de grisaille et de pluie. 

- Espace publicitaire -
Sur le même thème

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Espace publicitaire -

Vidêos Classykêo

Articles sponsorisés

Nos coups de cœurs

- Espace publicitaire -

Derniers articles

Newsletter

Twitter

[custom-twitter-feeds]