AccueilActusActus - DanseAlexandra Lacroix, seigneure de l'ANO

Alexandra Lacroix, seigneure de l’ANO

ACTU – Vers un Opéra citoyen à Angers – Nantes ? C’est la direction que ça semble prendre en tout cas, avec la nomination d’Alexandra Lacroix à la tête de la maison, annoncée ce matin. La metteure en scène dont les dernières production marquaient un engagement fort dans la société d’aujourd’hui prendra ses fonctions le 1er septembre pour le début d’une période de transition avec le futur ex-directeur, Alain Surrans.

Elle avait fait sensation l’an dernier à Poitiers, puis cette année à Bordeaux avec son Carmen, cour d’assises, un opéra contemporain engagé qui proposait de raconter le procès de Don José après le meurtre de son amante. Mais depuis un moment déjà, Alexandra Lacroix a envie d’un opéra qui parle au monde. Sa compagnie MPDA, fondée en 2007, faisait depuis longtemps de l’opéra un sujet de discussions et une plateforme pour porter les sujets contemporains.

La voilà donc maintenant à la tête d’une institution. Aux commandes d’un Opéra avec son histoire, son fonctionnement interne, ses tutelles, ses obligations, son cahier des charges. Est-ce qu’elle va réussir à y entreprendre avec la même liberté que son statut d’artiste indépendant lui permettait ? En tout cas, le ton du communiqué publié ce matin laisse penser qu’elle aura le soutien des mairies de Nantes et Angers, qui semblent avoir envie d’un opéra plus partageux, et en phase avec les enjeux locaux :

« Avec l’ambition d’incarner une maison d’excellence artistique résolument connectée à notre société, elle ancre son projet dans l’histoire de l’opéra autant que dans son territoire, multipliant les approches pour aller vers un public diversifié, et s’inscrivant dans la dynamique de coopération qui anime l’écosystème culturel local.« 

Plus d'infos sur Ôlyrix : Alexandra Lacroix nommée pour succéder à Alain Surrans
© Pierre-Émile Havette

Si c’était la volonté des mairies, le choix d’Alexandra Lacroix est effectivement assez logique. Il a d’ailleurs remporté l’unanimité des votes du syndicat pluriel qui régit Angers Nantes Opéra. On comprend que le projet cochait toutes les cases, y compris celle d’un développement durable des institutions culturelles. Le travail d’Alexandra Lacroix s’inscrit depuis dans le mouvement des artistes qui prennent en compte les enjeux environnementaux dans leur travail. Sa compagnie MPDA est membre du réseau ARVIVA ) arts vivants, arts durables, ce qui marque un fort engagement vers cette direction. À ses côtés dans ce réseau, on trouve des structures importantes de notre planète classique : Les Concert Spirituel, l’Ensemble Correspondances, l’Orchestre National d’Île-de-France, l’Opéra de Lille…et celui d’Angers-Nantes un jour ? Le cap est donné en tout cas.

Pour aller plus loin : Alain Surrans : « Mon travail est un rêve »
- Espace publicitaire -
Sur le même thème

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Espace publicitaire -

Vidêos Classykêo

Articles sponsorisés

Nos coups de cœurs

- Espace publicitaire -

Derniers articles

Newsletter

Twitter

[custom-twitter-feeds]