AccueilÀ l'écranPeut-on encore aimer Roméo et Juliette ?

Peut-on encore aimer Roméo et Juliette ?

À L’ÉCRAN – Jusqu’au 24 mars 2023, Arte nous propose de découvrir un formidable film de danse exécuté par le Royal Ballet de Londres. Conçue par le duo fondateur des BalletBoyz (Michael Nunn et William Trevitt), l’oeuvre s’inspire du Roméo et Juliette de Kenneth MacMillan donné en 1965, et s’appuie sur la partition de Prokofiev, arrangée pour les circonstances.

Cette critique nous permet de donner le coup d’envoi à un nouveau format d’articles, au sein duquel nous vous proposerons de (re)visionner des spectacles de danse, disponibles à la demande sur différentes plateformes de streaming.

Finalement, c’est quoi, ce Roméo et Juliette ? 

Ni un film, ni un ballet : c’est tout cela à la fois, et un peu autre chose en même temps. Tourné comme une comédie musicale, mais sans chant, ce ballet savamment chorégraphié permet d’appréhender l’art de la danse d’une manière tout à fait originale. En effet, si les décors successifs tirent bien leurs dimensions et leur conception du monde théâtral, les prises de vue sont, elles, légèrement différentes. Les angles, variés, nous permettent d’apprécier une même scène autrement que depuis le parterre d’une salle d’opéra – remarque qui nous pousse également à saluer l’intelligence du montage effectué. C’est un film presque sans coupure qui déroule infatigablement sa trame narrative riche. Le reste, vous le connaissez. L’insouciance amoureuse, puis la gravité, la colère, l’angoisse, et la mort – sur les pas divins de l’étoile Francesca Hayward dans le rôle de Juliette, et de ceux du premier soliste William Bracewell (Roméo).

À lire également : Fosse, l'opéra immersif de Christian Boltanski, à revoir sur Arte Concert
Un trésor de finesse et de perfection chorégraphique 

Les regards sont éloquents, furieux, passionnés à la fois. Les danses, d’une complexité effroyable,  s’exécutent pourtant avec la grâce d’une simplicité feinte. C’est sans difficulté que l’on se laisse entraîner par les différents tableaux qui se font et se défont sans cesse. Il y a les soli fougueux, les duos joueurs, ceux des scènes taquines, enfantines, amoureuses ; les trios de camarades ; les danses de groupe, de bal ; les duels et les affrontements, enfin. Le mouvement est perpétuel, et la scène elle-même semble prise d’une fièvre continue. Ce spectacle ne s’offre ni comme une création contemporaine démesurément innovante, ni comme une réadaptation sans prétention. Il réussit l’exploit de mettre du neuf dans une histoire déjà trop connue, sans pour autant se laisser aller aux facilités parfois décevantes des mises en scènes contemporaines. La scénographie brille quant à elle par l’hommage qu’elle rend à la matrice shakespearienne, qu’il s’agisse des costumes ou des décors. Un chef-d’œuvre à voir et revoir sans modération.

Romeo et Juliette est à revoir gratuitement sur arte.tv

Juste pour le plaisir de faire un détour par une autre version ; deux approches formelles, deux traitements radicalement différents de la même histoire. 

- Espace publicitaire -
Sur le même thème

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Espace publicitaire -

Vidêos Classykêo

Articles sponsorisés

Nos coups de cœurs

- Espace publicitaire -

Derniers articles

Newsletter

Twitter

[custom-twitter-feeds]