Mamma mia, la VF !

COMÉDIE MUSICALE – La comédie culte sur les tubes de ABBA revient au Casino de Paris en version française. Un show fidèle à la version originale, kitsch et dynamique. Mamma Mia donne toujours autant la pêche dans une ambiance bon enfant : « here, I go again » !

Mamma Mia, c’est l’une des comédies musicales la plus vue au monde, qui a déjà conquis 65 millions de spectateurs et été traduit dans seize langues, dont le mandarin. Pour la plupart d’entre nous, c’est surtout le film devenu culte, sorti en 2008, avec Meryl Streep et Pierce Brosnan, l’un des films musicaux les plus rentables de l’histoire du cinéma. À l’origine, il s’agit d’une comédie musicale créée à Londres en 1999 par un trio féminin : Catherine Johnson (scénariste), Phyllida Lloyd (metteure en scène puis réalisatrice du film culte) et Judy Craymer (productrice qui travaillait depuis les années 80 avec Benny Andersson et Björn Ulvaeus pour le projet d’un musical). Le Casino de Paris reprend la version française, conçue il y a 12 ans pour le Théâtre de Mogador. Mamma Mia pose alors ses valises à Paris pour 90 représentations jusqu’à fin janvier 2024. 

Et oui, en VF…
L’histoire : drama mia !

L’histoire est cousue de fil blanc et assez simple en réalité. Elle se déroule sur une île grecque au cadre idyllique. La fille de Donna, ex-chanteuse d’un trio pom, Sophie, invite à son mariage trois hommes, qui pourraient être potentiellement son papa pour la mener à l’autel le jour J, au grand dam de sa mère. Il fallait oser tricoter une histoire vaudevillesque qui tient à peu près la route autour des tubes d’ABBA : celle d’une femme libérée qui pratique l’amour libre et qui ne sait plus qui est le père de son enfant. Mais cette comédie romantique, avouons-le, fonctionne plutôt bien et aborde, en plus du thème de l’amour et de l’engagement, celui de l’amitié et de la quête d’identité. Bref ça donne un spectacle drôle, dynamique et efficace. Une mélodie du bonheur version sea sex and sun sous le soleil de la Grèce avec une petite touche nordique. 

Carton pâte…d’eph ! ©Mamma mia le Musical
Chiche !

La mise en scène est fidèle à l’original. Le décor est toujours aussi épuré – deux ou trois murs blancs, deux ou trois chaises, deux ou trois tables font l’affaire dans un fond bleu « ondulant » rappelant l’eau turquoise de la Grèce. Mais ce n’est pas gênant car au fil du spectacle la troupe prend toute la place avec ses chorégraphies enjouées et ses costumes kitschs à souhait : paillettes, semelles compensées, pantalons pattes d’eph… On sait que l’on va passer un bon moment… sauf peut-être les fans inconditionnels d’ABBA. 

À lire également : West Side Story en grandes pompes au Châtelet
La barrière de la langue

Il faut s’y préparer, aucune chanson ne sera en Anglais, tous les tubes ayant été adaptés dans la langue de Molière par Nicolas Nebot. Un pari risqué et qui forcément peut surprendre le spectateur qui du coup ne connaît pas les paroles et ne peut pas vraiment chanter. Mais rassurez-vous, les sonorités, les slogans et les gimmicks forts comme Dancing Queen ou Money, money, money ont été conservés. Maix bon :  Mamma Mia, here I go again, devient Mama Mia, c’est la même rengaine ou Winner takes it all : La loi du plus fort ou encore Gimme ! Gimme ! Gimme !  : Un homme après minuit…. Il faut réussir à faire abstraction de ces traductions parfois déroutantes et ne pas avoir un voisin étranger qui se plaint de la traduction ! Une fois cette barrière franchie, on entre plutôt bien dans le spectacle, grâce à la joie contagieuse de la troupe. 

Les copines ! © Mamma mia le Musical
Point par point : la valeur n’attend pas…

Le casting français est composé d’une troupe de 30 acteurs/chanteurs et 6 musiciens live qui s’en sortent plutôt bien. La troupe est dynamique et drôle.

  • Gaëlle Gauthier tient haut la main le rôle principal de Donna, en femme forte et indépendante alors que 12 ans plus tôt elle incarnait celui de sa fille Sophie.
  • Elle est accompagnée de ses deux copines Tanya (Marion Posta) et Rosie (Christine Bonnard), qui sont toujours aussi hilarantes sur leurs solos respectifs : Does Your Mother Know et Take a Chance on Me, qui restent à jamais mémorables.
  • Les trois papas potentiels sont rayonnants et drôles : Fabian Richard, Hervé Lewandowski et Emmanuel Quatra.
  • Et le couple modèle interprété par Sophie (Maélie Zafran) et Sky (Guillaume Pevée) fonctionne plutôt bien, notamment sur le numéro Lay All Your Love on Me où il se fait kidnapper par ses potes en combinaisons de plongée pour son enterrement de vie de garçon. 
La pêche !

La soirée est plutôt réussie, même si le chant est parfois un peu sur le côté. On ne peut qu’être indulgent face à des tubes qui réveillent nos souvenirs de soirée et nous donnent une envie furieuse de chanter et danser, avec une troupe qui le donne le meilleur de soi. Et puis l’atmosphère est accueillante avec un public bienveillant : les spectateurs tapent des pieds, frappent dans leurs mains et essayent de chantonner en français les tubes. À la fin, une standing ovation jaillit du parterre, se transformant en soirée sur les tubes Dancing Queen ou Mamma Mia. Une comédie populaire qui donne toujours autant la pêche dans une ambiance bon enfant. On ne peut pas y être insensible quand l’hiver pointe son nez… 

- Espace publicitaire -
Sur le même thème

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Espace publicitaire -

Vidêos Classykêo

Articles sponsorisés

Nos coups de cœurs

- Espace publicitaire -

Derniers articles

Newsletter

Twitter

[custom-twitter-feeds]