Kyiv, deux ans après

UKRAINE – Ce Samedi, l’Orchestre Symphonique de la Philharmonie Nationale d’Ukraine se produira sur sa scène, pour un concert commémorant le deuxième anniversaire de l’invasion russe. Un événement retransmis par la Philharmonie de Paris, qui a initié un programme d’aide aux artistes ukrainiens, dès les premiers jours de la guerre. L’occasion de revenir sur les conditions de la vie musicale sur place, et l’organisation de l’aide qui lui est apportée.

« Nous avons prévu ce concert à 19h (18h heure de Paris, NDLR), parce que l’armée russe commence ses bombardements autour de 22h en général. » Le contexte est posé par Anna Stavychenko, coordinatrice du programme d’aide aux musiciens ukrainiens que pilote la Philharmonie de Paris. Il donne un aperçu de ce que représente l’organisation d’un événement comme celui qui rassemblera le public de Kyiv ce samedi soir, jour anniversaire du début de l’invasion de l’Ukraine, et qui sera retransmis dans le monde entier grâce à la plateforme de streaming de la Philharmonie de Paris.

« C’est le deuxième concerto d’un musicien très important et connu en Ukraine. Il a écrit cette pièce en 2006, après la Révolution Orange, mais quand nous jouons cette œuvre aujourd’hui, on a l’impression qu’elle a été écrite cette année, car elle ressemble tellement à ce que nous traversons par sa puissance dramatique. C’est une musique très poignante, avec des accents de Requiem dans le dernier mouvement. La dernière fois que je l’ai jouée c’était à Varsovie l’an dernier, et quand l’orchestre jouait un interlude, j’ai presque entendu les sirènes et les explosions auxquelles nous sommes très habitués. C’était frappant… »

Victoria Poleva (1962) – Bucha. Lacrimosa (2022)

« Bucha est cette ville de la banlieue de Kyiv frappée par un massacre indescriptible, que la musique de Victoria Poleva commémore et raconte. Son atmosphère n’est pas qu’un souvenir de ce qu’il s’est passé : c’est aussi un avertissement sur ce qu’il pourrait se passer s’ils sont autorisés par la communauté internationale à nous envahir. Le mal ne s’arrête pas de lui-même, c’est aussi l’un de nos messages. »

Musique en temps de guerre
La salle des colonnes de la Philharmonie de Kyiv © Dmytro Golovchenko

Intitulé « Ukraine Invicible », ce concert se tiendra dans la salle des colonnes de la philharmonie nationale d’Ukraine. Un écrin de musique alors qu’au-dehors, la guerre fait toujours rage. « C’est terrible à dire, mais nous sommes habitués à la guerre maintenant », raconte Dmytro Tkachenko. « Il nous arrive souvent d’interrompre les concerts quand nous entendons le son des sirènes. Il faut alors évacuer la salle, attendre que ça passe, et reprendre. » Des habitudes de guerre qui ont redessiné la vie musicale ukrainienne, et qui témoignent de la résilience de ses artistes. « Certains orchestres, comme celui de Kharkiv, ont élu domicile dans le métro. L’accoustique y est assez bonne d’ailleurs, un peu comme dans une église. Et moi j’ai joué à Odessa en décembre 2023, quand une coupure de courant a éteint toutes les lumières, sauf celles des pupitres qui fonctionnent sur batterie. Ça a créé une ambiance…curieusement magique… »

Musicien.nes de l’Opéra de Kharkiv, en concert dans le métro de leur ville © Kharkiv National Opera house
Philharmonie, philanthropie

Pour aider la culture ukrainienne à subsister, la Philharmonie de Paris a mis en place un dispositif à deux étages. Dès le mois de mars 2022, quand l’Europe se mobilisait pour accueillir les familles qui fuyaient la guerre, Anna Stavychenko était chargée d’organiser l’arrivée de musiciennes dans les orchestres français, pour leur permettre de continuer à jouer, et leur offrir des perspectives viables. « Le dispositif, unique en Europe à cette échelle, ne compte que des musiciennes, car les hommes doivent pouvoir être mobilisés pour les combats si besoin. » affirme Anna Stavychenko. Puis, un peu plus tard, sur le terrain, 165 instruments du fonds Démos et d’autres opérations pédagogiques ont été envoyés aux écoles de musique du pays, pour leur permettre d’assurer la continuité de leur enseignement, et remplacer le matériel détruit par les combats.

La musique, là où elle peut © Kharkiv National Opera house

Parmi les musiciennes accueillies en France, Kateryna Khudiakova est arrivée dès les premières semaine de combats. « Je suis arrivée le 5 avril 2022 à l’Orchestre de Paris. Le 6 nous répétions le programme 5ème de Beethoven et 5ème de Chostakovitch, et le 7 nous étions sur scène. J’ai été accueillie de façon immédiate et totale, c’était très intense… » Cet accueil inconditionnel s’appuie sur les dispositifs français de protection des artistes. Aujourd’hui, Kateryna est intermittente du spectacle, comme nombre de ses concitoyennes et collègues. « Ma fille est scolarisée dans le 12ème arrondissement, elle est parfaitement bilingue. Nous nous plaisons beaucoup dans cette nouvelle vie, bien que nous soyons toujours assez inquiètes pour nos proches encore en Ukraine. J’espère pouvoir prochainement rendre visite à ma mère, si la situation le permet. »

À lire également, notre réaction à l'invasion du 24 février 2022 : Playlist classique pour la paix en Ukraine

Les occasions sont rares de constater la force et le rayonnement culturel d’un pays en guerre. La retransmission de ce concert permettra au public de s’en rendre compte, en lui donnant une résonance au-delà des frontières ukrainiennes. Comme Dmytro Tkachenko l’affirme : « Nous sommes là. Et je serai très heureux si l’an prochain nous pouvions nous retrouver encore, et que je vous dise : nous sommes toujours là. »  Rendez-vous est pris…

Demandez le programme !

  • L.V. BeethovenLeonore III – Ouverture (1806)
  • Y. Stankovych Concerto pour violon et orchestre n° 2 (2006)
  • V. PolevaBucha. Lacrimosa (2022)
  • C. Pépin Aux confins de l’orage (2021)
- Espace publicitaire -
Sur le même thème

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Espace publicitaire -

Vidêos Classykêo

Articles sponsorisés

Nos coups de cœurs

- Espace publicitaire -

Derniers articles

Newsletter

Twitter

[custom-twitter-feeds]