Mozart sur un nuage

COMPTE-RENDU – L’Orchestre National du Capitole de Toulouse dirigé par Fabio Biondi donne un concert 100% Mozart. Ils sont rejoints le temps d’un Concerto par une étoile du piano français : Alexandre Tharaud. 

Après un Idoménée controversé sur la scène de l’opéra, une journée de conférences, musique de chambre et un concert symphonique, Toulouse poursuit sur son petit nuage Mozartien avec un nouveau grand concert à la Halle aux Grains. La salle est une nouvelle fois remplie. L’orchestre résident est dirigé par Fabio Biondi qui compte parmi les plus éminents spécialistes du baroque italien (notamment à la tête de la formation Europa Galante qu’il a lui-même fondée). Il ne se contente pas de diriger le concert mais pose après l’entracte la baguette pour prendre son violon. Il interprète ainsi l’ensemble de la seconde partie avec les musiciens comme c’était d’ailleurs la tradition pour le premier violon qui faisait aussi très souvent office de chef d’orchestre à l’époque de Mozart (chevauchant lui-même ce nuage instrumental… comme le désormais orphelin Son Goku). Si les instruments sont aujourd’hui contemporains, Fabio Biondi parvient indéniablement à faire sonner baroque les musiciens toulousains, en particulier dans la qualité brute des aigus de violons et dans l’entrain de l’ensemble. 

Mozart léger comme l’air

Il semble qu’à peine le temps d’un éclair se soit écoulé du début à la fin du concert comportant tout de même trois symphonies, un concerto et une ouverture d’opéra. Cela est dû à l’interprétation de l’orchestre et de Fabio Biondi concoctant une pâte nuageuse raffinée, sucrée mais jamais trop copieuse. Dès l’ouverture, elle est empreinte d’une énergie vivifiante qui aurait probablement tenu le public en haleine même s’il avait fallu poursuivre avec les 3 heures de Lucio Silla. Les ornements et fioritures sont subtils et se fondent dans la vitesse. Les temps forts sont bien rebondis et les piani caressent l’oreille d’une douce brise. La battue (en neige) est claire et rigoureuse, impulsant toujours de bons coups d’envois dans les reprises et les attaques. Les accentuations sont posées efficacement et sans lourdeur. Les solos du violoniste chef sont aussi généreux avec des sonorités amples et juste ce qu’il faut de mise en avant.  

Mozart puissant comme le vent

Au-delà de la légèreté, l’orchestre exprime aussi l’intensité voire par moment la gravité de cette musique, chargée de nuées. En particulier durant le concerto « Jeunehomme » et grâce à Alexandre Tharaud qui donne de la profondeur en appuyant les notes graves. Des accents tragiques cèdent place au velouté nimbé du piano. Le dialogue des violoncelles et contrebasses avec les aigus des violons sur le délicat jeu du piano génère aussi une certaine solennité. Tharaud prouve aussi la technicité de son jeu dans les passages les plus rapides. Il est souvent revigoré par l’élan de l’orchestre qui le pousse en début de cadence quitte à se faire plus languissant par la suite. Les deux sont coordonnés entre eux et les questions/réponses sont dynamiques et cohérentes.

L’expressivité de l’orchestre est aussi particulièrement révélée dans les reliefs du premier mouvement de la Symphonie n°13 bien amorcés par Biondi qui en impulse les intentions ou encore dans le Presto de la Symphonie n°30 avec la progressivité dans les élans de cordes appuyées par les cuivres : toute une gamme en somme, d’alto- et nimbostratus, cumulonimbus, ou stratocumulus.

Mozart sans nuage

L’Orchestre National du Capitole donne ainsi un concert sans fausse note, alliant la légèreté de nuages chaudement éclairés par un soleil levant à des moments plus denses, voire mélancoliques comme le ciel après la pluie. Le public conquis applaudit avec insistance l’orchestre et le chef qui reviendra plusieurs fois : tout le monde est bien sur son petit nuage.

- Espace publicitaire -
Sur le même thème

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Espace publicitaire -

Vidêos Classykêo

Articles sponsorisés

Nos coups de cœurs

- Espace publicitaire -

Derniers articles

Newsletter

Twitter

[custom-twitter-feeds]