AccueilSpectaclesComptes-rendus de spectacles - DanseIlauna : Bordeaux colle aux basques !

Ilauna : Bordeaux colle aux basques !

DANSE – Le collectif Bilaka Kolektiboa est venu faire le show, ce 6 avril à l’Auditorium de Bordeaux, avec sa création ILaUNA aux couleurs du folklore basque. Largement implanté sur la scène Sud-Aquitaine, ce collectif bayonnais, s’est donné pour mission de réactiver les danses et les musiques basques. Par une succession de tableaux poétiques, les deux musiciens et les quatre danseurs s’imprègnent du rite de gau beltza – “la nuit noire” célébrée le 31 octobre. Ce fameux jour, où le monde des morts et des vivants se côtoient, d’un peu trop près…

Gau beltza -le Halloween basque

La fête de gau beltza, dont les rites n’avaient pas été célébrés depuis les années 50, fait son grand retour à Hendaye et Urrugne. Bal de sorcières, spectacle de feu et déambulation déguisée viennent réaffirmer une identité culturelle basque. Le collectif Bilaka participe de ce phénomène. C’est par un mélange ingénieux d’instruments traditionnels, de chants basques et de gestes rituels que les interprètes célèbrent le passage du temps et la mémoire de ceux qui ne sont plus. 

Un Paquito à l’audito ?

Caché parmi les spectateurs, le duo Adar déploie un nouveau répertoire aux sonorités étrangères (alboka, cornes, percussions ibériques…). Se mêle à ces timbres, leurs voix polyphoniques hypnotisantes. Patiemment, ils rejoignent les danseurs sur scène qui débutent un bal revisité. Une heureuse fête où les artistes, musiciens comme danseurs, se côtoient sans distinction. Les genres s’effacent. La danse se transforme en un rituel collectif, qui invite tout à chacun à prendre part aux festivités. Et c’est un pari réussi, une seule envie, rejoindre la ronde !

À lire également :
Basques, naturlish !

ILaUNA signifie la “lune éphémère”. Parce que tout ne se résume pas à la fête, le ballet instaure des moments plus sombres, aidés par une scénographie qui évoque le temps qui passe. La neige qui recouvre le plateau se transforme en une plage de sable estivale. Les musiques et sons qui imitent les bruits de la nature interrogent le caractère éphémère de toute chose. Les danseurs répètent les mêmes mouvements. Tantôt souple, tantôt animal, le collectif apprivoise un nouveau langage entre le carnaval basque et la création contemporaine. 

© Bilaka

Le collectif Bilaka et le duo Adar réussissent le pari de rendre les traditions basques vivantes et modernes. Rendez-vous le 31 octobre ! Enfilez vos plus beaux costumes de sorcières et munissez-vous de vos sorts les plus puissants. Qui sait quelle créature rôde dans ces montagnes… !

- Espace publicitaire -
Sur le même thème

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Espace publicitaire -

Vidêos Classykêo

Articles sponsorisés

Nos coups de cœurs

- Espace publicitaire -

Derniers articles

Newsletter

Twitter

[custom-twitter-feeds]