Le Louvre, à la folie

CONCERT AU MUSÉE – Le 13 juin alors que Netflix révélait la suite de la saison 3 de Bridgerton, le cadre magnifique des salles rouges du Louvre accueillait un concert où la folie du roi George III -époux de la fameuse reine Charlotte de la série- était au cœur du programme de l’Orchestre de Paris à la baguette de Klaus Mäkelä. 

© Ckêo

Dans la salle du Sacre de Napoléon, on tourne soudainement la tête vers Ingres et Winterhalter où sonnent quatre cuivres à équité entre trombones et trompettes, accompagnés d’un ostinato de tambour. Le rythme lent prend un tour davantage solennel avec un fortissimo qui fait rebondir le son sur les tableaux -de manière un peu saturée malgré la hauteur sous plafond. Cette marche de Purcell de Music for the Funeral of Queen Mary, laisse place à un autre extrait Canzona, où l’harmonie acoustique est mieux délivrée et nous transporte à la fin du 17e siècle et on peut facilement s’imaginer la procession dans l’Abbaye de Westminster.

Univers parallèles
© Ckêo

Au bout d’un moment, Eric Sammut traverse avec son tambour la salle pour se positionner devant l’immense tableau de Jacques-Louis David, où les autres musiciens l’attendent. C’est brutalement que l’on passe à la composition de Peter Maxwell Davies. Eight Songs for a Mad King démarre par un vacarme cacophonique mettant un terme rapidement à la douceur du baroque. 

Une folie riche en couleur 

Des cris, des hurlements, des grommellements, des vocalises, des grognements, des bougonnements, des aboiements, des susurrements… la liste peut encore continuer pour Thomas Florio qui interprète le roi fou. Toutes ces expressions de la voix génèrent un nouveau regard sur le chant et placent cette composition comme un Théâtre musical. La technique, la versatilité,  la souplesse de la voix du baryton impressionnent et dérangent. Florio incarne aussi bien son rôle de comédien que les agitations sur cinq octaves. 

À lire également : D.I.S.C.O : Sat-Orsay night fever
Violon violent

La gymnastique vocale est également physique dans cet ensemble. Le pianiste, Jean-Marie Cottet, danse d’un clavier à un autre, du clavecin au piano tout le long de cette pièce. Œuvre avant-gardiste, différentes références s’alternent. Fox-trot, menuet, Haendel, sont joués et insérés entre les cris du roi fou. Des instruments peu usuels sont aussi privilégiés, sifflet de train, crécelle, didgeridoo -instrument aborigène-, appeaux -imitant les oiseaux. Certains de ces sons ne sont pas toujours agréables à entendre. La sortie de la zone de confort est à son apogée lorsque George III arrache le violon des mains de son compagnon pour le fracasser.   

Après la bataille, l’archer rescapé … © Ckêo

La destruction réelle d’un instrument sur scène est surprenante. On peut être surpris, fasciné, intéressé, charmé, intrigué, dérangé, ennuyé, angoissé, entrainé par cette composition et son interprétation mais indifférent, non ! Une folie qui a forcément laissé une empreinte sur les spectateurs…  

- Espace publicitaire -
Sur le même thème

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Espace publicitaire -

Vidêos Classykêo

Articles sponsorisés

Nos coups de cœurs

- Espace publicitaire -

Derniers articles

Newsletter

Twitter

[custom-twitter-feeds]