AccueilInterviewsInterviews - InstrumentalVictoires de la Musique Classique : 3 questions à Élise Bertrand

Victoires de la Musique Classique : 3 questions à Élise Bertrand

ENTRETIEN – Elles sont trois, pour une récompense. Nommées dans la catégorie « Révélation instrumentale », Élise Bertrand, Nour Ayadi et Salomé Gasselin sont de jeunes musiciennes. Elles représentent la nouvelle génération qui regarde devant, vers l’avenir de notre musique. Trois personnalités à découvrir, avant de les voir à la télé le 29 février !

Vous êtes nommée en tant que « Révélation ». Qu’est-ce que vous voulez révéler au public ? 

Je suis à la fois instrumentiste et compositrice. La double voie que j’ai choisie est en permanence dynamique, avec tout le temps des nouveau projets et des partenariats. Et quand je joue la musique contemporaine, c’est cette dynamique que j’aime. Ce qu’il me reste à révéler ce sont des œuvres et le rapport que j’entretiens avec à la création, en jouant de nouvelles pièces. Celles des autres et les miennes !

Quelle musique aimez-vous ? Un compositeur, une compositrice ?

Je n’ai pas de réponse précise. J’apprécie d’abord la sincérité, y compris chez des gens qui ne sont pas dans ma branche esthétique. Je pense qu’il ne faut pas forcément chercher à avoir un modèle, car on se construit soi-même avec beaucoup de références, notamment dans les classes d’écritures. Créer aujourd’hui c’est se réclamer de son époque au sens large, de tout ce qui nous inspire, et ça c’est à mon avis plutôt les éléments de la vie actuelle que le passé.

Tous les sujets actuels nous touchent aujourd’hui, parce que les médias sont très présents et notre société est particulièrement sensible à l’information du moment. Il y a un siècle on ne savait pas autant de choses sur ce que si passait autour de nous. Aujourd’hui on a une sensation permanente d’actualité, et ça oriente de façon importante ma façon de concevoir la musique. 

© Rene Mayer Cohen
Que représente cette nomination pour vous ?

C’est un honneur, parce qu’on est quand-même très peu à être choisis par an, alors qu’il y a des dizaines et des dizaines de musiciens qui jouent bien ! C’est passer une soirée auprès de grands artistes, et aussi l’occasion de nous mettre en scène devant un public qui nous voit comme nous sommes : musiciennes, et jeunes. Je veux saisir cette chance d’une grande ouverture pour toucher d’autres publics, une dimension qu’il faut aborder largement aujourd’hui. Si on l’amène bien, notre musique doit pouvoir être perçue comme aussi folle et dynamique que du rock. Et pour ça il faut sortir de l’entre soi. 

Il faut amorcer un changement efficace pour la suite ! Et ce changement passe notamment par un impératif de sincérité avec le public.

Le message d’Élise Bertrand : 

Restez curieux ! Ça peut nous amener loin. Vouloir l’ouverture, ça demande du courage mais c’est une des plus belles choses qui soit.

À la cérémonie des Victoires de la Musique Classique, le 29 février, Élise Bertrand jouera le premier mouvement du Concerto pour violon en la mineur BWV 1041 de Bach.

- Espace publicitaire -
Sur le même thème

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Espace publicitaire -

Vidêos Classykêo

Articles sponsorisés

Nos coups de cœurs

- Espace publicitaire -

Derniers articles

Newsletter

Twitter

[custom-twitter-feeds]