AccueilA la UneChaillot : Les quatre murs de l'Hôtel Bellevue

Chaillot : Les quatre murs de l’Hôtel Bellevue

DANSE – La danse peut-elle être enfermée ? Le chorégraphe et danseur Thomas Guerry soumet cette question lors d’un huis-clos mouvementé entre danse, théâtre et cinéma. Proposée avec sa compagnie pluridisciplinaire Arcosm, sa pièce L’hôtel Bellevue se donne actuellement à Chaillot. 

Dans une salle remplie d’enfants – un mercredi après-midi – un homme arrive sur scène et commence à écrire une histoire.  « Il était une fois » résonne dans un audio – un peu trop fort. Le scénariste interpelle à la manière de Gauguin, d’où l’on vient et où l’on va. 

D’où venons-nous ? Que sommes-nous ? Où allons-nous ? Paul Gauguin
La vidéo ouvre les portes 

Parallèlement, sur un écran fusionné au décor, la silhouette du tenancier apparaît comme un hors champs, ou l’illustration de l’imaginaire. La scène s’illumine, les quatre clients de l’hôtel arrivent. Leur caractère s’exprime dans leur démarche, leurs pas, leurs pirouettes. Leurs mouvements d’articulations ont une saveur toute particulière. Chacun, incarné par son personnage bouge genoux, bassin, coudes et épaules de manière distincte. 

Une à deux caméras sur scène filment des gros plans projetés sur l’écran, qui alternent avec des images préenregistrées. Tout au long de la pièce, l’alternance est bien travaillée, le rendu très esthétique et pertinent, les cadrages parfois poétiques, parfois absurdes, tout comme cette création hybride de 50 minutes, qui oscille entre charme et burlesque. L’équipe des deux frères, Thomas et Bertrand Guerry, le chorégraphe et le réalisateur, décloisonne l’Art en brisant les frontières au sein du spectacle vivant.

Un rythme trans-cendant 

La musique de Sébastien Blanchon nous entraîne tout au long de l’histoire avec dynamisme, suspens, apesanteur et cycle hypnotique. Spontanément, les enfants frappent parfois dans leurs mains en rythme, immergeant encore plus dans l’univers fermé de la pièce. Les clients de l’hôtel, séquestrés par le tenancier, se mettent à danser en groupe, à coordonner leurs gestes. L’élément déclencheur de la porte bloquée nous invite à réfléchir sur la relation aux autres, prenant encore davantage d’ampleur lorsque la salle s’unit en rythme.

Les corps emmurés de l’Hôtel Bellevue ©Cie Arcosm

Une belle énergie se dégage de la scène et nous passons un moment très sympathique. C’est ce qu’on retiendra de cette pièce ciné-chorégraphique. La danse, finalement pas à sa plénitude, laisse une place intéressante au travail de la vidéo.

- Espace publicitaire -
Sur le même thème

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Espace publicitaire -

Vidêos Classykêo

Articles sponsorisés

Nos coups de cœurs

- Espace publicitaire -

Derniers articles

Newsletter

Twitter

[custom-twitter-feeds]