AccueilA la UneMadame E. à Madame Netrebko

Madame E. à Madame Netrebko

CONCERT – Le retour d’Anna Netrebko sur la scène de la Philharmonie est un événement qui dépasse le cadre d’un simple concert. Pour les fans, c’était aussi l’occasion d’un nouvel épisode d’une relation à distance.

Chère Anna Netrebko,

Je m’appelle Madame E. et j’ai assisté à votre récital à la Philharmonie de Paris qui était un pur moment de bonheur. Je me permets donc de vous écrire pour vous témoigner de mon admiration et vous remercier pour cette soirée, véritable moment de grâce. Jamais une voix n’a résonné aussi amplement dans cette salle, cathédrale accueillant les mélodies russes de Rimsky-Korsakov, Rachmaninov et Tchaïkovski. Votre voix est d’un gabarit hors du commun, médium puissant et incorporé et vous allez chercher encore plus profondément des résonances de poitrine impressionnantes. L’intensité dans ce registre est au rendez-vous aussi bien dans le drame qu’à l’évocation du chant puissant de l’Alouette (Rimsky-Korsakov). Vous maintenez le fil vocal à l’abord de l’aigu : fil de soie dans un espace de résonance aérien pour les pianissimi. Fil d’airain, avec l’autorité de votre engagement.

Vous m’avez fait frémir à la fin de la mélodie de Rachmaninov évoquant un amour utopique. Vous sembliez faire durer ce rêve indéfiniment, comme votre aigu, dans un espace céleste. Vous avez évoqué les tourments dans Oublier ! de Tchaïkovski avec une telle magnitude que j’en suis restée clouée à mon fauteuil.

J’ai apprécié le fait qu’à plusieurs reprises, généreuse, vous vous tourniez vers le public placé derrière et sur les côtés de la salle, preuve de votre respect à son égard. Ce dernier vous en a remercié en déclenchant la standing ovation finale. Votre émission si contrôlée dans l’acoustique favorable de la Philharmonie vous permettait de chanter de dos, de déambuler et même de danser en toute liberté sans que votre chant en pâtisse. Toujours en mouvement et accompagné de gestes expressifs (si je peux me permettre, à peine grandiloquents), le théâtre n’était jamais loin et je vous imaginais dans les célèbres scènes d’opéra à votre actif (pour ma part une inoubliable Tatiana dans Eugène Onéguine de Tchaikovski avec… la scène de la lettre bien sûr).


Et quel plaisir de vous entendre vous exprimer dans votre langue natale, le russe, qui accompagne votre voix de sonorités particulières et colorées. Vous avez surpris dans « J’étais pourtant comme un brin d’herbe » avec des couleurs de chansons populaires, retrouvant un lyrisme épanoui dirigé vers les balcons à la fin de la mélodie.
Grace à votre attention au texte j’avais presque l’impression de comprendre des mots (comme vous comprendrez peut-être les miens).

À lire également : La Philharmonie de Paris ménage le « lien avec la culture russe »

Pouvez-vous transmettre également toutes mes félicitations à Pavel Nebolsin, votre pianiste, avec lequel la symbiose était totale. Il m’a semblé que ce dernier trouvait totalement sa place dans les mélodies de Tchaïkovski dont l’écriture pianistique plus fournie s’équilibrait idéalement avec votre immense voix (vous avez certainement essayé plusieurs configurations, mais celle retenue confinait le piano dans un certain retrait).

Dans l’attente de vous entendre de nouveau bientôt, recevez, Madame Netrebko, toutes mes pensées admiratives et sincères.

Madame E.

PS : merci aussi pour le bis. Cet air extrait de Francesca da Rimini de Rachmaninov que nous avons reçu comme cadeau final dans cette soirée qui s’est intensifiée tout du long avec l’émotion. Nous vous avons remercié debout dans une acclamation sans réserve, et je me doute bien que vous recevrez encore nombre de lettres de cette sorte (à en juger par vos fans qui remplissent les salles partout où vous jouez).

- Espace publicitaire -
Sur le même thème

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Espace publicitaire -

Vidêos Classykêo

Articles sponsorisés

Nos coups de cœurs

- Espace publicitaire -

Derniers articles

Newsletter

Twitter

[custom-twitter-feeds]