Mendelssohn, seconde jeunesse !

CONCERT – Les musiciens solistes de l’International Menuhin Music Academy invitent le public du Festival de Pâques à (re)découvrir l’œuvre pour orchestre à cordes de Mendelssohn. 

Les solistes de l’International Menuhin Music Academy rendent hommage au tout jeune Félix Mendelssohn avec deux œuvres rarement données, composées il y a tout juste deux siècles, en 1823, année particulièrement prolifique pour l’enfant prodige qu’il était alors, sous la direction d’Oleg Kaskiv depuis le pupitre de premier violon. Un répertoire de prédilection pour ces jeunes musiciens venus partager leur passion avec rigueur et simplicité dans le joli cadre offert par la salle Campra du conservatoire Darius Milhaud d’Aix-en-Provence. 

Victor Demarquette et Bohdan Luts : première danse

Victor Demarquette vient prêter main(s) forte(s) au piano pour la première partie du concert, avec Bohdan Luts – membre de l’IMMA – au violon. Les deux comparses rivalisent de virtuosité dans le double concerto, qu’on devine techniquement très ardues. Si l’adagio a pu parfois manquer légèrement de poésie, l’interprétation est nette et sans bavures. Ils se défont de toutes les difficultés avec une grande maîtrise, depuis leurs entrées ostentatoire jusqu’à leurs tirades finales en apothéose dans le troisième mouvement.

Une Symphonie pour le bal

Les musiciens de l’IMMA ne sont pas en reste, et s’ils montrent déjà l’étendue de leur maîtrise dans le concerto, la Neuvième symphonie pour corde, dite “Suisse”, leur permet de pleinement déployer leur talent, aussi bien en tant que musiciens d’orchestre qu’en tant chambristes. Dans le deuxième mouvement notamment, deux quatuors se donnent la réplique avec élégance avant de se combiner comme les pièces d’un puzzle qu’on aurait progressivement assemblées les unes aux autres pour reconstituer une vue d’ensemble.

© Caroline Doutre / Festival de Pâques
Dernière danse : Béla Bartók

Les musiciens de l’IMMA nous gratifient, en rappel, de la cinquième danse populaire Roumaine de Béla Bartók. Cet air endiablé se conclut sur les applaudissements enthousiastes du public. 

Demandez le programme !

  • F. Mendelssohn – Concerto pour piano, violon et cordes en ré mineur, MWV O 4
  • F. Mendelssohn – Symphonie pour cordes n° 9 en do majeur, « Suisse »
- Espace publicitaire -
Sur le même thème

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Espace publicitaire -

Vidêos Classykêo

Articles sponsorisés

Nos coups de cœurs

- Espace publicitaire -

Derniers articles

Newsletter

Twitter

[custom-twitter-feeds]