Capuçon et Sokhiev : simple, efficace

CONCERT – Le violoniste-directeur artistique du festival de Pâques, Renaud Capuçon, s’en remet à la direction de Tugan Sokhiev, à la tête de l’Orchestre de Chambre de Lausanne. Ils sont tous réunis sur la scène du Grand Théâtre de Provence pour exercer un métier d’artisanat d’art mis au service du lien le plus simple et direct entre la musique et le public.

Un moteur à explosion

En musique, rien de plus immédiat et direct que l’effet d’un rythme répétitif, mécanique, qui lutte contre la gravité, l’inertie et met la matière en mouvement, affranchie des lourdes lois de l’espace-temps. Telle est la manière qu’à Renaud Capuçon le Concerto pour violon n° 2 de Prokofiev. Il extrait et fait exploser l’essence profonde de cette musique, liée au déplacement – celui du compositeur de Moscou à Paris -, qui dès lors se veut sensible et rassurante, lyrique et structurante, méditative et véloce, depuis le départ jusqu’à l’arrivée. Capuçon déploie une énergie combattive et conquérante : à la faveur de la savante écriture orchestrale de Prokofiev, on dirait par moments qu’il aspire depuis la pointe de son archet toute la musique produite par l’orchestre. Parfois, à l’inverse, il vient s’y abreuver pour atteindre des suraigus qui sonnent comme des trouées de l’âme du violon. Dans le deuxième mouvement, son chant vient rencontrer la clarinette et la trompette bouchée dans les crêtes, le violoncelle et le basson, dans les contrebas. La main gauche, à la conduite virtuose, se prépare à toutes les éventualités de la musique, déjà placée sur le manche dans les (rares !) moments de silence. 

Capuçon et Sokhiev en répétition © Caroline Doutre
Un pilote à bord

Deux symphonies, marquées par un rapport immédiat et serein à la tonalité, complètent le programme. La première, composée à la même époque (années 1930) que le Concerto de Prokofiev, la Simple Symphony de Britten pour ensemble de cordes, déploie tout un savoir-faire d’école, celui d’un jeune compositeur qui fait ses gammes, avec amour et humour. La gestuelle du maestro russe Tugan Sokhiev – qui a quitté ses deux postes à la tête d’institutions musicales en Russie depuis l’invasion de l’Ukraine – en mime les moments délicats et délicieux, d’un sourire, d’un doigt, d’un sursaut. De sa baguette, qu’il peut lancer d’une main à l’autre dans les moments de complicité avec ses musiciens, il ancre la musique dans son sol natal : la tonalité, montrant avec exactitude la direction du sol, aux musiciens les plus proches de son estrade (violon et violoncelle solo).

Tugan Sokhiev © Caroline Doutre

Dans la Symphonie n° 4 d’un jeune Beethoven (1806), l’Orchestre de Chambre de Lausanne (fondé en 1942, placé aujourd’hui sous la direction artistique de Renaud Capuçon), est plus éruptif, sous la conduite d’un chef qui veille à en garantir l’homogénéité sonore. Il s’agit, pour lui, comme pour le compositeur, de maintenir pression et tension expressives dans le cadre de la grande forme sonate pour orchestre, de baliser un parcours fait d’obstacles et d’accalmies. Le métier bien huilé des musiciens permet à ce grand circuit d’être parcouru avec précision tandis que tout l’art du conducteur consiste à retenir la force et l’impulsivité de son grand véhicule : cellule rythmique obsessionnellement répétée, arpèges tendus, mouvements perpétuels, en filigrane d’un monde paisible et joyeux ; comme si une musique nouvelle venait de s’ouvrir au monde. 

À lire également : Le chef d’orchestre Tugan Sokhiev démissionne de ses fonctions à Toulouse et au Bolchoï

Un même grand sourire se propage depuis la scène jusqu’à la salle, fruit de l’union du classique et du moderne, du simple et du virtuose, du monde idéal et de l’expérience vécue.

Demandez le programme !

  • B. Britten – Simple Symphony, op. 4
  • S. Prokofiev – Concerto pour violon n° 2 en sol mineur, op. 63
  • L. van Beethoven – Symphonie n° 4 en si bémol majeur, op. 60
- Espace publicitaire -
Sur le même thème

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Espace publicitaire -

Vidêos Classykêo

Articles sponsorisés

Nos coups de cœurs

- Espace publicitaire -

Derniers articles

Newsletter

Twitter

[custom-twitter-feeds]